Gipskaul – Exploitation de gypse près de Rosport

Notamment dans les années 1940 et 1950, sur le versant de la forêt « Giischterbësch », était extrait du gypse d’une galerie souterraine. Il était transporté sur un plan incliné au moyen de wagonnets de mine jusqu’à un lieu de chargement. Suivant la loi de gravitation, ces wagonnets remplis tiraient les wagonnets vides vers le haut, alors qu’un système de freinage réglait leur vitesse de déplacement. A l’endroit de l’actuel parking « Leiteschbësch », se trouvait pour les wagons de marchandises une voie spécifique de raccordement à la ligne ferroviaire des Chemins de fer Prince-Henri, qui desservait la vallée de la Sûre. Chaque jour, la société « Carrières de gypse de Rosport », qui employait temporairement quelque 40 ouvriers, envoyait 8 à 11 wagons de pierres de gypse vers la Belgique et les Pays-Bas.

La pente est constituée d’une formation sédimentaire marno-calcaire c.-à-d. un mélange de calcite (CaCO3) et d’argiles qui comprennent de nombreuses couches de gypse (CaSO4*2H2O). Elles se sont formées à l’époque du Trias moyen (Muschelkalk moyen), quand la région était recouverte par une mer. Il est strictement interdit d’entrer dans la galerie étant donné qu’elle sert de lieu d’habitation aux chauves-souris et qu’elle présente surtout des risques d’effondrement.

Les vestiges de l’installation technique du plan incliné sont encore visibles sur le versant. La ligne ferroviaire traversant la vallée de la Sûre a été construite durant la seconde moitié du XIXe siècle pour faciliter le transport des grès, dolomites et gypses extraits des nombreuses carrières de la vallée inférieure de la Sûre.

 

Informations sur le patrimoine