Natura 2000

Natura 2000, qu’est-ce que c’est?

« Natura 2000 » est un réseau européen de zones de conservation pour des espèces et habitats naturels menacés ou typiques. Son objectif est de protéger la faune et la flore ainsi que les habitats dans leur aire de répartition naturelle, dans toute l’Europe. Le réseau apporte ainsi une importante contribution à la conservation de la biodiversité dans l’Union européenne.

Le réseau Natura 2000 se compose de zones de conservation classées selon la directive Flore-Faune-Habitats (FFH) et la directive Oiseaux 

La directive FFH impose la désignation de zones spéciales de conservation pour 231 types d’habitats et un millier d’espèces au total dans toute l’UE. 28 types d’habitats et 24 espèces sont concernés au Luxembourg.  

Conformément à la directive Oiseaux, des zones spéciales de conservation doivent être désignées pour 193 espèces ainsi que pour d’autres espèces migratrices dont la venue est régulière. Au total, cela concerne 69 espèces d’oiseaux au Luxembourg.  

La gestion des zones Natura 2000 reste possible dans la mesure où celle-ci n’affecte pas de manière significative les habitats et les espèces (interdiction de détérioration). Dans certains cas, une telle gestion est expressément souhaitée, voire requise pour la conservation des habitats et des espèces. En effet, c’est uniquement grâce à la gestion humaine que de nombreux paysages ruraux traditionnels d’Europe sont devenus le précieux habitat aujourd’hui visé par nos mesures de conservation (par exemple landes, taillis et taillis sous futaie, etc.). Natura 2000 considère ainsi l’être humain et ses actions comme un élément à part entière de ce réseau européen de zones de conservation. 

source: Natura 2000 barometer

Début des travaux du nouveau COPIL Natura 2000 Mëllerdall 

Le 6 juin 2019, un comité de pilotage (COPIL) a été mis sur pied afin de promouvoir et accompagner la mise en œuvre des plans de gestion des zones Natura 2000 pour le domaine du Natur– & Geopark Mëllerdall, en collaboration avec Aerenzdallgemeng et la commune de Reisdorf. Le COPIL entend également améliorer l’implication des acteurs locaux. Un rôle particulier revient par ailleurs à l’animateur-coordinateur, un interlocuteur clé pour toutes les questions portant sur Natura 2000. Entre autres tâches, cette personne est également chargée de l’initiation, de la coordination et de l’accompagnement de projets concrets Natura 2000, du travail de relations publiques et de la sensibilisation à la thématique Natura 2000. L’animatrice-coordinatrice pour le COPIL Natura 2000 Mëllerdall a pris son poste au sein du siège administratif du Natur– & Geopark Mëllerdall le 1er juillet 2019. 

Outre les représentants des 13 communes membres, le COPIL Natura 2000 Mëllerdall est composé d’acteurs des domaines suivants: agriculture, foresterie, chasse, pêche, gestion de l’eau, conservation de la nature, tourisme, développement rural et infrastructures de transport. Vous trouvez une liste des membres du COPIL ici.

Le bureau qui soutient le travail de l’animateur-coordinateur et met en œuvre les décisions prises dans le cadre du COPIL se compose des membres suivants : Jean-Pierre Arend (ANF), Claude Petit (Natur- & Geopark Mëllerdall), Stéphanie Weydert (représentante élue des communes), Philippe Lutty (AGE), Yves Mersch (ASTA), Sandra Bertholet (ORT MPSL).

La présidence du COPIL est assurée par Jean-Pierre Arend (ANF).

thumbnail of N2K-Übersicht – COPIL Mëllerdall

Vous trouverez plus d’informations ici.

LU0001011 : Vallée de l’Ernz noire / Beaufort / Berdorf 

Taille : 4 195,19 ha (dont env. 4 152 ha au sein du COPIL Natura 2000 Mëllerdall) 

Brève description (voir FSD fin 2018-15/03/2019) : 

  • vallée de l’Ernz noire et de ses affluents profondément entaillée dans le grès, au cœur du Mullerthal 
  • majoritairement boisée (environ 80 %, principalement hêtraie à luzule, hêtraie à aspérule), la tourbière boisée Elteschmuer est pratiquement unique au Luxembourg 
  • le Mullerthal se caractérise par sa proportion importante d’habitats rocheux et de grottes, qui confère aussi à la zone de conservation un intérêt majeur pour de nombreuses fougères (notamment le Trichomanès remarquable) et mousses rares, mais aussi pour des oiseaux nicheurs tels que le Hibou grand-duc et diverses espèces de chauves-souris qui viennent y hiberner 
  • les territoires agricoles (principalement exploités en tant que prairies pâturées) se concentrent sur les plateaux de la zone de conservation, et on y trouve aussi plusieurs vergers 

Les objectifs essentiels de conservation (interdiction de détérioration) de cette zone couvrent les habitats et espèces ci-dessous (voir RGD du 6 novembre 2009) :  

  • qualité de l’eau de l’Ernz noire, de la Aesbaach, de la Lauterbornerbaach et de leurs affluents,  
  • différents habitats d’eau douce, 
  • population de certaines espèces liées à l’eau telles que la Lamproie de Planer et le Triton crêté, 
  • différents types de forêts, par exemple les forêts alluviales, 
  • types d’habitats rocheux tels que pentes rocheuses calcaires et siliceuses avec végétation chasmophytique, et grottes,  
  • différents types de végétation de pelouse et lande (dont pelouses calcaires sèches), 
  • différents types d’habitats marécageux, dont sources pétrifiantes avec formation de tuf, 
  • population de certaines espèces de chauves-souris, dont le Murin de Bechstein, 
  • Dicrâne verte et Trichomanès remarquable

LU0001015 : Vallée de l’Ernz blanche 

Taille : 2 013,82 ha (dont 2 013,82 ha au sein du COPIL Natura 2000 Mëllerdall)  

Brève description (voir FSD fin 2018-15/03/2019) : 

  • vallée de l’Ernz blanche de Ernzen à Ermsdorf et massifs forestiers environnants 
  • majoritairement boisée (78 %, surtout hêtraie à luzule, hêtraie à aspérule), et on y trouve trois des quatre types de forêts alluviales répertoriés dans le pays 
  • les rares territoires agricoles situés dans la zone de conservation sont surtout exploités en tant que prairies pâturées 
  • plus de 20 % de la superficie totale de landes sèches européennes du pays sont répertoriés ici 
  • la zone offre par ailleurs quelques sites intéressants pour de nombreuses fougères et mousses rares, notamment grâce à sa proportion importante d’habitats rocheux et de grottes 

Les objectifs essentiels de conservation (interdiction de détérioration) de cette zone couvrent les habitats et espèces ci-dessous (voir RGD du 6 novembre 2009) :  

  • qualité de l’eau de l’Ernz blanche et de ses affluents,  
  • forêts alluviales et certains types de hêtraies,  
  • différents types d’habitats rocheux et grottes,  
  • différents types de végétation de pelouse et lande (dont pelouses calcaires sèches), 
  • population du Triton crêté et du Grand murin.

LU0001016 : Herborn – Bois de Herborn / Echternach – Haard 

Taille : 1 178,36 ha (dont 1 178,36 ha au sein du COPIL Natura 2000 Mëllerdall)  

Brève description (voir FSD fin 2018-15/03/2019) : 

  • zone majoritairement boisée (86 %, surtout hêtraie à luzule, à aspérule, à mélique) : massifs forestiers du bois de Herborn et de la Haard 
  • les rares surfaces agricoles qui se trouvent dans la zone de conservation sont majoritairement exploitées en tant qu’herbages, les cultures annuelles et les vergers ne représentent qu’une petite partie des surfaces agricoles 
  • point chaud pour la formation de genévrier (plus de 72 % de la surface totale de ce type d’habitat dans le pays) 
  • point chaud pour la Dicrâne verte (l’un des trois points chauds du pays) 
  • la zone présente par ailleurs un intérêt majeur pour différentes espèces d’oiseaux (voir zone de protection spéciale européenne pour la protection des oiseaux LU0002005 et LU0002015) 

Les objectifs essentiels de conservation (interdiction de détérioration) de cette zone couvrent les habitats et espèces ci-dessous (voir RGD du 6 novembre 2009) :  

  • pelouses calcaires sèches et formations à genévrier, 
  • différents types de hêtraies (hêtraies à luzule et à aspérule), 
  • population de deux espèces de chauves-souris (Grand murin, Murin à oreilles échancrées), 
  • population de la Dicrâne verte 

LU0001017 : Vallée de la Sûre inférieure 

Taille : 1 526,98 ha (dont 1 320 ha au sein du COPIL Natura 2000 Mëllerdall)  

Brève description (voir FSD fin 2018-15/03/2019) : 

  • vallée inférieure de la Sûre d’Echternach à Wasserbillig ainsi que versants et plateaux avoisinants 
  • près de la moitié de la zone de conservation est occupée par des surfaces agricoles, dont plus de la moitié est cultivée 
  • environ un tiers de la surface est couvert de forêt de feuillus, où dominent différents types de hêtraies, tels que la hêtraie à aspérule 
  • est également à souligner la présence de pelouses calcaires sèches, l’un des habitats les plus riches en espèces, de forêts de ravin et de forêts calcicoles (rares) 
  • en plus d’une importante colonie de Grand murin, la présence d’autres espèces de chauves-souris constitue un intérêt supplémentaire dans cette zone de conservation 

Les objectifs essentiels de conservation (interdiction de détérioration) de cette zone couvrent les habitats et espèces ci-dessous (voir RGD du 6 novembre 2009) :  

  • qualité de l’eau de la Sûre inférieure et de ses affluents (notamment avec un certain type d’habitat d’eau douce et des espèces liées à l’eau comme la Lamproie de Planer), 
  • différents types d’habitats rocheux, 
  • différents types de végétation de pelouse, comme les pelouses calcaires sèches, particulièrement riches en espèces et en fleurs, et les prairies maigres de fauche, 
  • différents types de forêts, telles que les forêts alluviales et de ravin, 
  • population du Grand murin et de l’Écaille chinée

LU0001020 : Pelouses calcaires de la région de Junglinster 

Taille : 1 507,12 ha (dont 454 ha au sein du COPIL Natura 2000 Mëllerdall)  

Brève description (voir FSD fin 2018-15/03/2019) : 

  • paysage de collines entre la forêt du Gréngewald et la région du Mullerthal autour des localités de Junglinster, d’Altlinster, de Bourglinster, de Godbrangede Oberanven et de Ernster 
  • un peu plus de la moitié de la zone de conservation est couverte par des territoires agricoles, surtout exploités en tant que prairies et pâturages, on y trouve aussi des vergers 
  • sont également à souligner les pelouses calcaires sèches (un quart des pelouses calcaires du pays), particulièrement riches en espèces animales et végétales menacées, et le nombre impressionnant d’orchidées par endroits 
  • les prairies humides, qui couvrent une importante superficie de la zone, sont surtout situées dans la vallée de l’Ernz blanche 
  • de même, les zones boisées se concentrent pour l’essentiel sur les pentes des vallées de l’Ernz blanche et de l’Ernz noire (Bierger et Weimericht 
  • outre son importance en tant qu’habitat pour une colonie de Grand murin, la zone constitue aussi un intérêt majeur pour diverses espèces d’oiseaux (voir zone de protection spéciale européenne pour la protection des oiseaux LU0002005 et LU0002015) 

Les objectifs essentiels de conservation (interdiction de détérioration) de cette zone couvrent les habitats et espèces ci-dessous (voir RGD du 6 novembre 2009) :  

  • différents types de pelouses, dont pelouses calcaires sèches, 
  • formations à genévrier, 
  • forêts alluviales et certains types de hêtraies, 
  • population du Grand murin et du Damier de la succise

LU0002005 : Vallée de l’Ernz Blanche de Bourglinster à Fischbach 

Taille : 758,73 ha (dont 374 ha au sein du COPIL Natura 2000 Mëllerdall)  

Brève description (voir FSD fin 2018-15/03/2019) : 

  • s’étend le long de la vallée de l’Ernz blanche entre Bourglinster et Fischbach 
  • trois quarts de la surface de la zone de conservation sont occupés par des terrains agricoles, dont une grande partie d’herbages (notamment de prairies à molinie), qui servent d’habitat à diverses espèces (rares) d’oiseaux (comme le Pipit farlouse) 
  • est également à souligner ici la proportion importante de prairies humides, notamment avec roselières et magnocariçaies (qui servent notamment d’habitat à la Rousserolle effarvatte et au Bruant des roseaux) 
  • la zone boisée (dont un peu plus de la moitié est couverte de forêts de feuillus) se concentre pour l’essentiel sur les flancs au nord de Junglinster et au sud de Fischbach, bien qu’on trouve aussi des petites sections de forêts alluviales isolées 
  • on trouve des preuves de la présence du Martin-pêcheur le long de l’Ernz blanche 
  • on trouve régulièrement des preuves de nidification du Milan royal, du Milan noir et de la Bondrée apivore 
  • pendant la migration, on peut observer d’importants rassemblements de Vanneaux huppés, parfois accompagnés de quelques Pluviers dorés et d’autres échassiers 

Les objectifs essentiels de conservation (interdiction de détérioration) de cette zone couvrent les habitats et espèces ci-dessous (voir RGD du 30 novembre 2012) :  

  • population des espèces d’oiseaux suivantes : Martin-pêcheur, Râle des genêts, Pie-grièche écorcheur, Pie-grièche grise, Milan noir, Milan royal, Bondrée apivore, 
  • ainsi que d’autres espèces d’oiseaux prairiaux, des prairies humides, des magnocariçaies / roselières et autres zones humides

LU0002015 : Région de Junglinster 

Taille : 3 058,74 ha (dont 192 ha au sein du COPIL Natura 2000 Mëllerdall)  

Brève description (voir FSD fin 2018-15/03/2019) : 

  • paysage de collines situé entre la forêt du Gréngewald et la région Mullerthal 
  • la plus grande partie de la zone de conservation est couverte par des territoires agricoles, dont trois quarts sont exploités en tant que prairies et pâturages, qui servent d’habitat à diverses espèces (rares) d’oiseaux (comme l’Alouette des champs, la Caille des blés, la Perdrix grise) 
  • les zones agricoles, bien structurées et exploitées de façon extensive (mosaïque de pelouses sèches et zones humides) abritent la plus haute densité de population de la Pie-grièche grise et de la Pie-grièche écorcheur du pays, et on y trouve aussi la Linotte mélodieuse et le Torcol fourmilier  
  • les prairies humides et les roselières se concentrent pour l’essentiel dans la vallée de l’Ernz noire, où on peut repérer notamment la Rousserolle effarvatte, le Bruant des roseaux, le Martin-pêcheur, la Cigogne noire 
  • sont également à souligner ici les pelouses calcaires sèches, riches en espèces (un quart des pelouses sèches du pays) et qui se concentrent pour l’essentiel sur les pentes ensoleillées autour de la localité de Junglinster 
  • une grande partie de la surface boisée (toutefois peu étendue) se compose de différents types de hêtraies (notamment hêtraie à luzule et à aspérule) et abrite notamment le Pouillot siffleur ainsi que le Pic noir et d’autres espèces de pics 
  • on rencontre aussi régulièrement des rapaces tels que le Milan royal, le Milan noir et le Busard Saint-Martin dans la zone de conservation 

Les objectifs essentiels de conservation (interdiction de détérioration) de cette zone couvrent les habitats et espèces ci-dessous (voir RGD du 4 janvier 2016) :  

  • population des espèces d’oiseaux suivantes : Alouette des champs, Cigogne noire, Busard Saint-Martin, Pie-grièche écorcheur, Pie-grièche grise, Milan noir, Milan royal, Bondrée apivore, Pouillot siffleur, Vanneau huppé 
  • ainsi que d’autres espèces d’oiseaux des paysages ouverts et des oiseaux prairiaux, des vergers et autres structures paysagères ainsi que des prairies humides, magnocariçaies / roselières et autres zones humides 

LU0002016 : Région de MompachManternachBech et Osweiler 

Taille : 4 962,77 ha (dont 2 584 ha au sein du COPIL Natura 2000 Mëllerdall)  

Brève description (voir FSD fin 2018-15/03/2019) : 

  • paysage traversé de plusieurs cours d’eau entre les localités de MompachManternachBech et Osweiler 
  • les surfaces agricoles occupent deux tiers de la zone de conservation et sont majoritairement exploitées en tant qu’herbages, qui servent d’habitat à diverses espèces (rares) d’oiseaux (comme l’Alouette des champs, la Caille des blés, la Perdrix grise) 
  • les zones agricoles, bien structurées et exploitées de façon extensive (mosaïque de pelouses sèches et zones humides, mais aussi de nombreux vergers précieux) abritent une haute densité de population de la Pie-grièche grise et de la Pie-grièche écorcheur, et on y trouve aussi la Linotte mélodieuse et le Torcol fourmilier 
  • sont également à souligner les pelouses calcaires sèches et les prairies maigres de fauche, riches en espèces 
  • on peut notamment repérer la Rousserolle effarvatte, le Bruant des roseaux, le Martin-pêcheur et la Cigogne noire le long des cours d’eau 
  • les surfaces boisées sont dominées par les forêts de feuillus (87 %), majoritairement des hêtraies, où vivent notamment le Pouillot siffleur et diverses espèces de pics 
  • on rencontre aussi régulièrement des rapaces tels que le Milan royal, le Milan noir et le Busard Saint-Martin dans la zone de conservation 

Les objectifs essentiels de conservation (interdiction de détérioration) de cette zone couvrent les habitats et espèces ci-dessous (voir RGD du 4 janvier 2016) :  

  • population des espèces d’oiseaux suivantes : Alouette des champs, Cigogne noire, Busard Saint-Martin, Pie-grièche écorcheur, Pie-grièche grise, Milan noir, Milan royal, Bondrée apivore, Pouillot siffleur, Vanneau huppé 
  • ainsi que d’autres espèces d’oiseaux des paysages ouverts et des oiseaux prairiaux, des vergers et autres structures paysagères ainsi que des prairies humides, magnocariçaies / roselières et autres zones humides 

LU0001002 : Vallée de l’Our de Ouren à Wallendorf-Pont 

5 675,92 ha (dont 90 ha au sein du COPIL Natura 2000 Mëllerdall)  

Brève description (voir FSD fin 2018-15/03/2019) : 

  • versant ouest de la vallée de l’Our, y compris les affluents et une partie du haut plateau ardennais de la frontière belgo-germano-luxembourgeoise jusqu’à Wallendorf 
  • intérêt majeur pour les animaux liés aux eaux courantes (comme la Mulette épaisse et la Moule perlière), et seul endroit du pays par ailleurs à abriter l’espèce Oxygastra curtisii 
  • près de la moitié de la surface boisée se compose de pessières, tandis que plus de la moitié des forêts de feuillus et, donc, plus d’un tiers des versants boisés sont couverts de taillis 
  • sont également à souligner les forêts de ravin et les restes de forêts alluviales 
  • environ 18 % de la zone de conservation sont occupés par des surfaces agricoles, dont un tiers de cultures annuelles, tandis qu’on trouve encore quelques prairies maigres de fauche, précieuses et riches en espèces, dans la vallée de l’Our 
  • la zone représente par ailleurs un intérêt majeur pour différentes espèces d’oiseaux (voir zone de protection spéciale européenne pour la protection des oiseaux LU0002003) 

Les objectifs essentiels de conservation (interdiction de détérioration) de cette zone couvrent les habitats et espèces ci-dessous (voir RGD du 6 novembre 2009) :  

  • qualité de l’eau de l’Our et de ses affluents (notamment avec un certain type d’habitat d’eau douce et des espèces liées à l’eau comme la Mulette épaisse, la Moule perlière, la Loutre, la Lamproie de Planer, l’Oxygastra curtisii), 
  • différents types d’herbage riches en espèces, notamment les formations herbeuses à Nard et les prairies maigres de fauche, 
  • différents types de forêts, tels que les forêts alluviales et de ravin, 
  • types d’habitats rocheux tels que pentes rocheuses calcaires ou siliceuses avec végétation chasmophytique 
  • population de l’Écaille chinée, du Grand murin, du Murin à oreilles échancrées